Angers se défend dans le dossier de Croisières Outaouais

Par Patricia Lanteigne, La Revue, 29 août 2013

Une fuite d’information provenant d’un huis clos survenu mardi entre les membres du conseil municipal de Gatineau a permis d’apprendre que le conseiller Luc Angers pourrait faire face au ministère des Affaires municipales.

Selon le maire de Gatineau Marc Bureau, le conseiller de Pointe-Gatineau aurait transmis aux avocats de Croisières Outaouais des documents jugés confidentiels. «C’est inadmissible d’aider la partie adverse à gagner contre la ville de Gatineau. On est dans une poursuite. Si on devait perdre devant les tribunaux, cela représente une augmentation de taxe de 2%, donc c’est tous les citoyens qui vont payer pour ça».

Le conseiller de Pointe-Gatineau, Luc Angers réitère que les documents envoyés étaient non-confidentiels et publics. «Les documents que j’ai envoyés sont deux résolutions publiques, une qui date de 2010, et l’autre de 2012. Pour la résolution de 2010, le maire avait lui-même divulgué publiquement les informations du huis clos portant sur le Quai des Artistes à des journalistes le 11 mai 2011.»

Le conseiller attribue ces erreurs à l’administration Bureau. «Le maire a du culot de dire que je serais responsable d’une hausse de taxe. C’est plutôt son administration qui ne s’est jamais assise avec l’entrepreneur pour régler la situation qui traîne depuis plus de trois ans. Si jamais Croisières Outaouais gagne, c’est strictement l’erreur d’un homme, et son incapacité à gérer ce dossier».

Le chef d’Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin souligne que le conseiller doit donner sa version des faits avant d’être accusé. «Il faut éclaircir la situation. Si ce n’est pas satisfaisant, ce sera au ministère des Affaires municipales de trancher. On ne peut pas condamner quelqu’un avant qu’il est eu la chance de s’exprimer, et là-dessus il a mon appui total, mais s’il a fait quelques choses d’inacceptables, je ne l’appuierais pas».

«C’est troublant, et ça sent mauvais. C’est une preuve que l’administration municipale a erré dans ses décisions», conclut le conseiller, Luc Angers.

Une rencontre est prévue mardi entre le maire de Gatineau et le conseiller, Luc Angers.

Le conseiller du district de Pointe-Gatineau, Luc Angers.