La prudence est de mise sur la rivière des Outaouais

Les propriétaires d'haltes nautiques espèrent que les plaisanciers réduiront leur vitesse.

Les propriétaires d’haltes nautiques espèrent que les plaisanciers réduiront leur vitesse.

Julien Paquette: Info07.com  

Le conseil municipal de Gatineau a adopté unanimement mardi soir une mesure de sensibilisation pour réduire la vitesse des plaisanciers sur la rivière des Outaouais.

La proposition appuyée par le conseiller du district de Pointe-Gatineau, Luc Angers, permettra l’installation de bouées sur la rivière des Outaouais et la rivière de Gatineau. Les propriétaires de halte nautique pourront désormais placer à leurs frais cette signalisation pour indiquer aux conducteurs de bateaux qu’il faut ralentir.

Le directeur des finances de la Marina de Hull, Jean Grenier, se réjouit de cette nouvelle. Il indique que la vitesse à laquelle filent les embarcations crée des vagues qui causent des dégâts aux embarcations et aux rives. Selon lui, c’est surtout à l’approche d’une halte nautique qu’il faut obliger les plaisanciers à ralentir.

«On trouve que la vitesse n’est pas assez réglementée. Il n’y a pas de problème entre les marinas, mais il faut ralentir quand on approche l’une d’entre elles. Certains ont de bonnes intentions, mais se mettent en mode labour. Ça provoque autant de vagues! Il faut ralentir plus de 1000 pieds avant d’approcher une marina.»

L’initiative déposée au conseil municipal vient de l’Association des riverains de la rue Jacques-Cartier et de Michel Péris, propriétaire d’une halte nautique sur la rivière des Outaouais. M. Angers souligne qu’il s’agit d’une première étape. Si le message ne passe pas auprès des plaisanciers, des mesures répressives pourraient être envisagées.

La mesure adoptée par le conseil municipal n’entraîne pas de coûts à la Ville de Gatineau pour l’instant. «C’est ce que Transport Canada a recommandé comme mesure alternative pour l’instant, explique Luc Angers. Si ça ne fonctionne pas, on aura besoin d’argent pour que notre service de sécurité nautique envoie des patrouilles sur l’eau.»