Le quai des artistes

Gatineau ne veut plus du Quai des artistes

Patrick Duquette; le Droit

La Ville de Gatineau cherche à se débarrasser du Quai des artistes, un endroit centenaire qu’elle a pourtant cité parmi les 12 plus importants sites d’intérêt naturel de son territoire.

Apparu à la fin du xixe siècle, le Quai des artistes est dans un état de détérioration avancée. Autrefois propriété de la Commission de la capitale nationale, puis cédé à la Ville de Gatineau dans les années 1990, il a besoin d’une sérieuse réfection. « La Ville elle-même a déjà pris la décision qu’elle n’investirait pas là-dedans, dit le maire Marc Bureau. Ce qu’on va essayer de faire, c’est d’aller en appel d’offres pour voir s’il n’y aurait pas une compagnie de croisière intéressée à arranger le quai. On pourrait lui céder les droits sur le quai éventuellement. »

Selon nos informations, la Ville a envisagé de détruire carrément le quai, avant de se raviser sous la pression de certains intérêts. Chose certaine, le quai « a atteint son point de non-retour », tranche André Lambert, directeur général adjoint de la Ville de Gatineau. Les coûts de réfection ont été évalués une première fois à 300 000 $ en 2007. Mais ils auraient décuplé à la suite d’une seconde étude qui n’a jamais été rendue publique. Le maire Bureau a refusé de s’aventurer sur ce terrain, hier matin, se contentant de parler d’une « grosse somme d’argent ».

Patrimoine bâti

Le Quai des artistes fait partie du paysage gatinois depuis 135 ans. Situé dans un cadre enchanteur, près du pont Lady Aberdeen et de l’église Saint-François-de-Sales, il a accueilli des spectacles jusqu’au début des années 2000. L’endroit a été retenu dans l’Inventaire et le classement du patrimoine bâti de Gatineau. Ce rapport, qui date de 2008, doit servir de base à la future politique du patrimoine de Gatineau.

La compagnie Croisières de l’Outaouais détient un bail qui lui garantit un droit d’amarrage et de débarcadère au Quai des artistes. Bon an, mal an, la compagnie organise 300 croisières sur la rivière, avec en moyenne 150 à 350 passagers. Voilà quelques années, la compagnie maritime a évalué les retombées directes de ses activités à quelque 7 millions pour Gatineau. Hier, la Ville a renouvelé le bail de Croisières de l’Outaouais pour une période de six mois non renouvelable, ce qui nous amène au 31 octobre prochain. « À la fin de la saison, on ira en appel d’offres », a précisé le maire Bureau.

Pour le conseiller du district, Luc Angers, il ne fait aucun doute que le Quai des artistes doit être conservé : « Il a une valeur à la fois sentimentale et historique », dit-il. M. Angers était surtout sous le choc d’apprendre par LeDroit que le maire Bureau avait discuté publiquement de ce dossier traité jusqu’ici à huis clos. « Je suis très surpris. On nous disait de ne pas en parler d’ici au lancement de l’appel d’offres. Et voilà que le chat sort du sac. Le maire se fait prendre encore à révéler du huis clos alors qu’il pointe du doigt tous ceux et celles qui, présume-t-il, le font. »