Surface synthétique au Carrefour

Angers veut de l’argent pour une surface synthétique à Carrefour

par Daniel LeBlanc ; www.info07.com

Le conseiller municipal du district des Promenades, Luc Angers, veut doter d’une surface synthétique l’école polyvalente Le Carrefour, où des centaines de jeunes pratiquent le football et le soccer. Mais il se demande d’où proviendra le financement du projet évalué à 2 M$.

Quant au reste de l’argent, il a acheminé des lettres ces derniers mois au ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport ainsi qu’au gouvernement fédéral, qui met disponible des milliards de dollars de par son Fonds Chantiers Canada, dédié aux infrastructures publiques.

Angers précise avoir fait une demande au maire il y a quelque temps pour rencontrer avec lui le député de Chapleau, Marc Carrière, ainsi que le ministre responsable de l’Outaouais, Norm MacMillan, mais dit ne jamais avoir eu de réponse de son cabinet. «On entre dans une période où les engagements devront être faits. Je demande une équité entre les projets soumis et une plus grande collégialité», de lancer le conseiller municipal.

Utilisé par les équipes des Couguars de Carrefour et des Vikings de Gatineau, le terrain actuel ne répond plus efficacement à la demande. Les séances d’entraînement ayant lieu en soirée, l’éclairage est fort important. Or, les six lumières n’éclairent le terrain qu’à 50% car il n’y en a que d’un seul côté. Et c’est sans compter que les responsables doivent avoir recours à une imposante génératrice pour les faire fonctionner.

Bataillant depuis plusieurs années pour que de tels terrains soient aménagés, l’Association régionale de soccer de l’Outaouais (ARSO) appuie le projet. «Ce n’est pas une dépense, mais un investissement. On a toujours dit qu’il fallait au minimum quatre surfaces synthétiques dans la région, et ça, c’est à l’époque où on avait 8000 joueurs. Aujourd’hui, on en compte 11 000 et d’ici trois ans, on devrait atteindre le cap des 15 000», de dire le directeur général de l’organisme et candidat à la mairie, Richard Gravel.

Chose certaine, étant donné que le terrain où l’on voudrait aménager la surface synthétique (le long du chemin de la Savane) est la propriété de la Commission scolaire des Draveurs, l’absence d’un représentant de celle-ci lors du point de presse a suscité de nombreux questionnements.

«De leur côté, ils attendent que le plan directeur du parc Pierre-Lafontaine soit officialisé dans les prochaines semaines. Ils sont en accord avec le projet, mais nous ont avertis qu’ils n’auront pas d’argent à investir», a déclaré le conseiller municipal et directeur marketing des Vikings de Gatineau, Claude Millette.

Luc Angers fait cette démarche même si la commission des loisirs, des sports et de la vie communautaire a choisi par vote du conseil municipal que les sites potentiels où de l’argent pourrait être investi pour une surface synthétique sont le complexe Mont-Bleu, l’Université du Québec en Outaouais (UQO), le parc Ernest-Gaboury et le futur centre Vision multisports, près de la polyvalente Nicolas-Gatineau.

Selon M. Angers, le projet aurait pu voir le jour en 2010, mais il semble bien que le tout devra être repoussé. «Ça dépendra des délais, ça peut prendre un certain temps. On ne se le cachera pas, il y a la sphère des hauts fonctionnaires», a-t-il dit.