Un comité d’experts est la solution

Séduits par l’idée du comité d’experts

Patrick Duquette; Le Droit

Le maire Marc Bureau a beau être en désaccord, la proposition de créer un comité indépendant dans le dossier Guertin séduit bien du monde à Gatineau.

Maryse Gaudreault

À commencer par la députée de Hull, Maryse Gaudreault : « La proposition est très intéressante. Des conseillers municipaux veulent profiter du temps qui passe en attendant les résultats de l’étude pour obtenir un son de cloche un peu plus clair de la population. Ça ne nuira certainement pas aux députés qui doivent trouver le financement manquant. C’est une approche intéressante mais ça reste une décision du maire et de l’ensemble de ses conseillers. »

Luc Angers

Au sein du conseil municipal, au moins 7 conseillers sont favorables à la création d’un comité indépendant : Maxime Pedneaud-Jobin, Sylvie Goneau, Mireille Apollon, André Laframboise, Pierre Philion, Stefan Psenak et Luc Angers. Pour ce dernier, seul membre du conseil municipal favorable au projet de Brigil Construction, l’intervention d’experts indépendants assainirait le débat. « Le dossier Guertin est un dossier partisan. Quand tu t’en remets à un comité indépendant, tu élimines cet aspect-là. La partisanerie fait que les conseillers se tournent l’un contre l’autre plutôt que de travailler ensemble. Guertin est symptomatique du climat partisan qui existe au conseil. Je pense que, dans le contexte actuel, on doit avoir des leaders rassembleurs et non diviseurs », a dit M. Angers, allant jusqu’à citer la récente tuerie de Tucson pour illustrer combien la partisanerie peut mener aux pires excès.

Gilles Desjardins

Le président du groupe Brigil Construction s’est lui aussi prononcé en faveur de la création d’un comité indépendant. Selon lui, la Ville pourrait clore le dossier « en l’espace de quelques mois » si elle faisait appel à des experts. « La Ville aurait tout avantage à fonctionner de cette façon et à mandater des experts pour étudier le dossier, mais aussi à rendre ce projet public, afin d’en faire un projet rassembleur », souligne Gilles Desjardins, qui n’a pas complètement abandonné son projet d’aréna et de centre de foires. « Pour le moment, nous nous concentrons sur notre projet de condos mais si le maire Bureau revient nous voir, je suis prêt à l’écouter », indique M. Desjardins.

Philippe Marion

À titre de président de la Chambre de commerce de Gatineau, Philippe Marion serait bien prêt à siéger sur un comité d’experts indépendants. « Mais il faut s’assurer que ce soit fait dans l’objectif de livrer un aréna à un moment donné et que ça ne vienne pas seulement mettre du sable dans l’engrenage. Au moins, il y a des choses qui bougent. C’est mieux, ça, que d’attendre que les résultats de l’évaluation sur les coûts d’expropriation soient connus. Ça arrive au mois d’avril, on retourne à la table du conseil, et si c’est pas assez, on va retourner faire une autre étude. On perd des années ! Et c’est dans ce moule-là que c’est embarqué. »

Marc Godin

Perçu comme l’un des principaux partisans du projet du maire Bureau, le président de Vision Centre-Ville, Marc Godin, est lui aussi favorable à la création d’un comité indépendant. « Une vraie consultation publique, on est 100 % d’accord avec cela. Mais il ne faut pas que ce soit fait par quelqu’un de local qui est déjà biaisé. Ce ne serait pas crédible. »

Avec Catherine Lamontagne